Homeopathie & Dermatologie

Notre mental s’exprime à fleur de peau.

Psoriasis : Résultats concernant le traitement par Homéopathie et présentés au Congrès International de la Ligue à Paris 17-19 juillet 2014

Psoriasis : Résultats concernant le traitement par Homéopathie et présentés au Congrès International de la Ligue à Paris 17-19 juillet 2014

Le psoriasis est une maladie qui s’exprime essentiellement à la peau et parfois dans les articulations mais qui est issue d’un trouble plus profond impliquant le système immunitaire. Avant de faire une étude approfondie des 317 cas de psoriasis suivis en privé (soit 3,5 % des consultations totales, chiffre habituellement mentionné dans la population) là où je peux consacrer plus de temps en homéopathie aux patients, j’avais déjà l’impression que dans la majorité des cas, les remèdes étaient minéraux. Il me semblait aussi que mes résultats étaient meilleurs quand j’avais l’occasion de chercher avec le patient par la Méthode de la Sensation Vitale du Dr Rajan Sankaran de Mumbaï, son remède de fond.
Ce que j’ai pu observer :
Ces 317 cas de psoriasis ont été suivis sur une période allant de 1992, moment où je me suis informatisée pour les consultations en privé jusqu’il y a 2 ans pour avoir assez de recul.
Seulement pour 76 cas (24%), j’ai obtenu un suivi jusqu’à amélioration notable ou disparition complète des lésions. Pour les autres (76%), je n’ai eu aucun suivi pour différentes raisons :
- Pour certains, aucune amélioration ne fut observée après en général 3 consultations. On verra plus tard quelles sont les conditions pour obtenir une bonne consultation.
- Certains allaient suffisamment mieux et ils s’en sont contentés.
- Dans certains cas, les causes qui déclenchent le psoriasis avaient disparu.
- Comme dans beaucoup de maladies, l’observance de meilleures conditions de vie (arrêt de l’alcool, de médicaments pris pour d’autres raisons que le psoriasis et une meilleure nutrition) avait soit amélioré la situation ou avait fait disparaître les lésions complètement (rare).
Outre ces raisons d’abandon, il faut mentionner des éléments qui n’ont rien à voir avec le résultat, à savoir :
- Le patient est envoyé par sa famille (le conjoint souvent) sans réelle motivation personnelle
- Pensent qu’il y aura des effets secondaires, alors qu’il n’y en a pas
- Alors que curieusement d’autres préfèrent suivre leur thérapeutique allopathique qui elle occasionne de nombreux effets secondaires
- Et justement quand ils sont déjà sous ces traitements (Puvathérapie, immunosuppresseurs …), évitent le sursaut qu’il faut pour se lancer dans l’aventure de connaître son remède de fond en se livrant.
- Raisons personnelles comme le déménagement à l’étranger ….

Sur les 76 cas pour lesquels j’ai un suivi, 55 ont eu une bonne évolution et 21 une disparition complète et stable des lésions et des plaintes comme les douleurs articulaires après prise du remède de fond.
Chez les patients avec disparition des lésions, il y avait 12 femmes et 9 hommes. Dans 17 cas, il s’agissait de remèdes minéraux, dans 3 cas les remèdes étaient animaux et dans un cas végétal. Tous ces patients ont eu des consultations avec recherche du remède de fond par la méthode de la Sensation Vitale. Il y a eu récidive après 2 et 3 ans mais pas aussi grave qu’à la 1ère consultation pour 2 femmes dont le remède était minéral et pour toutes les 2 une nouvelle recherche de remède a été faite pour trouver un autre remède qui s’est avéré un minéral et qui a très bien fonctionné et ceci avec au moins 2 ans de recul. On peut donc dire que la recherche du remède de fond par la Sensation vitale donne de bons résultats.
Sur les autres patients des 76 avec suivi, soit 55, il y a eu une régression des lésions qui leur suffisait. Il y avait 30 femmes et 25 hommes. Dans 32 cas, il s’agissait de remèdes minéraux. 18 patients ont bénéficié de la Recherche du Remède par la Sensation Vitale mais 5 patients sont encore sous traitement et vont mieux mais semble t’il le remède de fond n’a pas encore été bien ciblé. Après une nette amélioration, il y a eu une récidive qui n’est pas encore enrayée. Pour les 13 autres, il n’y a pas eu disparition totale des lésions et ils n’ont pas continué dans cette voie.
Les patients qui n’ont pas eu une consultation avec recherche du remède par la méthode de la Sensation Vitale ont eu une consultation avec recherche du remède par répertorisation des symptômes et des remèdes sélectionnés, un remède le plus représenté dans tous les symptômes a été choisi. Si le résultat n’est pas total, c’est qu’il s’agit d’un remède bon mais qui n’a pas ciblé parfaitement la raison pour laquelle le psoriasis s’est développé chez le patient.
On sait que la cause du psoriasis est génétique mais il est classiquement admis et c’est ce que j’observe aussi dans ma pratique que le déclenchement de cette maladie dépend de différents facteurs :
- Stress, maladies infectieuses (angine)
- On évoque le climat du nord de l’Europe ou des USA mais faut-il encore prendre en compte l’alimentation industrielle de ces pays et l’ensoleillement moindre. Or les rayons UVA et UVB sont des traitements utilisés en allopathie.
- Les traumatismes psychiques et physiques dont le coup de soleil.
- Certaines situations hormonales comme la grossesse, en mieux ou en pire
- Les troubles métaboliques (diabète …)
- Les troubles psychiques eux-mêmes ou les médicaments qui en découlent
- La mauvaise nutrition qui engendre le ” leaky gut syndrome ” ou les intestins en passoire
- L’alcool, le tabac et certains médicaments dont le psoriasis est un effet secondaire
A propos des intestins en passoire, un article m’avait déjà interpellée il y a quelques années :
Intestinal permeability in patients with psoriasis
Humbert P. Bidet A. Treffel P and al 1991 : 2: 234-6 J. Dermatol
Ensuite la lecture des travaux du Dr Seignalet n’ont fait que confirmer ce qui m’avait interpellée dans cet article (cfr mon blog : texte sur l’alimentation en dermatologie).
Pour en revenir à la Méthode de la Sensation Vitale, avant que je la pratique, je n’ai observé de disparition totale des lésions de psoriasis comme un miracle que pour un cas. Il s’agissait d’une jeune femme qui m’a donné spontanément un symptôme mental tellement particulier que j’ai trouvé directement le remède parce qu’il était la seule possibilité pour le symptôme mentionné et curieusement c’était un remède minéral.
Comme je l’évoquais, pour s’engager dans une consultation avec la Méthode de la Sensation Vitale, il faut un sursaut provoqué par le désespoir occasionné par les symptômes de la maladie, par les effets secondaires annoncés avec les traitements allopathiques proposés ou la confiance en l’homéopathie parce qu’en d’autres circonstances cette médecine a donné de bons résultats pour le patient ou ses proches. Les occasions de reculer sont nombreuses. Dans le groupe de patients sans suivi (76%), plusieurs d’entre eux ont eu l’occasion d’avoir une consultation de ce type, soit ils ne sont pas venus au long rendez-vous prévu par eux-mêmes, soit ils ont abandonné après le premier rendez-vous.
Qu’est-ce que cette Méthode de la Sensation Vitale ?
Par la description du symptôme au plus loin et au plus profondément que possible, le patient en vient à toucher son mode réactionnel, que ce soit dans ses choix de vie mais aussi sa façon de tomber malade. Les homéopathes ont toujours eu à cœur et ce bien avant le Dr Rajan Sankaran de faire décrire les symptômes au patient de façon très précise. Mais le génie de ce médecin, accompagné de toute son équipe à Mumbai est d’avoir codifé cette approche pour qu’elle soit compréhensible par tous les homéopathes. Cette méthode est stratégique, structurée et reproductible. Le remède devient alors une évidence. On pourrait penser qu’il s’agit d’une psychothérapie. En effet après la consultation, certains patients disent qu’ils savent que le remède a été trouvé parce que effectivement, ils sentent qu’ils ont touché le point essentiel de leur mode réactionnel et ils peuvent se sentir mieux, même voir disparaître leurs symptômes les jours suivants jusqu’à l’arrivée du remède qu’il faut parfois commander. La prise du remède va dynamiser cette sensation bénéfique et alors qu’il y avait une perte de vitesse dans la sensation de mieux être elle va se perpétuer et s’amplifier. Ceci a été très bien expliqué par un patient, psychologue et qui avait déjà fait beaucoup de choses pour un problème de peau incurable. Ce témoignage se trouve sur mon blog.
Dans le cas des patients psoriasiques, la sensation vitale est le manque puisque dans la majorité des cas, le remède est un minéral. Le problème essentiel des patients nécessitant un remède minéral, sera un manque de ….. Il faut d’abord avoir bien perçu que 1° c’est le point essentiel et 2°le manque de quoi. On ne pose pas la question au patient, on laisse venir et on extrait cette information parmi plein d’autres informations selon son intensité, sa fréquence par rapport aux autres informations. Pourquoi cette relation entre minéral et manque ? En se référent à ce que représente le minéral dans n’importe quelle construction : un squelette, un building, une personnalité, le minéral est la pierre de tout édifice. Là où le psoriasis trouve son origine, c’est au niveau d’une cellule immunitaire de la moelle osseuse, à l’intérieur de l’os, pierre des fondations du squelette, la cellule de Langerhans. Ces cellules colonisent la peau et avec leurs nombreuses ramifications en entrant en contact les unes avec les autres, elles constituent un filet d’information sur toute la peau. Sans entrer dans les détails, la perturbation pour une raison qu’on ignore au niveau de ces cellules va alors déclencher la suite des événements et la lésion de psoriasis.
Ce travail comme on le voit d’après mes résultats montre que seulement 7% se débarrassent des symptômes de cette maladie. C’est compréhensible puisqu’il faut trouver la pierre d’achoppement dans la construction mentale de l’individu et seul, le médecin ne peut rien, le patient doit s’investir et pour cela il faut un moteur, hélas, la maladie et son cortège de désagréments.

Bien dans son assiette, bien dans sa peau

dr-p-gengoux-affichette-27-sept2012.jpg

Alimentation et Peau

Supprimer tel ou tel aliment parce que une intolérance (IgG) ou allergie (IgE) a été découverte n’a de sens à long terme que si on rectifie le bol alimentaire avec une alimentation  respectueuse du fonctionnement du tube digestif (l’idéal c’est l’alimentation de type frugal, cfr Seignalet, Médecine du IIIème millénaire, surtout pour les grosses pathologies, de la dermatologie à la psychiatrie). Suppression de toutes les céréales; à l’exception du riz,  de tous les laits animaux et dérivés, favoriser les aliments crus au maximum ainsi que les huiles de  1ère pression  froid (olive, tournesol), assurer un supplément en chlorure de Magnésium  et oligoéléments.
Ce ne sont pas des évictions momentanées de tel ou tel aliment suspect par une réaction d’allergie ou d’intolérance comme c’est préconisé souvent qu’on arrivera à améliorer l’état de santé  par la voie de l’alimentation. Ce qui est important en alimentation c’est en premier lieu de faire en sorte que le bol alimentaire soit adapté à notre tube digestif, il ne faut pas espérer que l’inverse se fasse puisque son fonctionnement résulte d’une adaptabilité qui s’est faite depuis que l’homme mange donc avant qu’il ne soit homme. Ce n’est pas en faisant de petites modifications que l’on change quoique ce soit au bol alimentaire.  En comprenant bien cette donnée, il est possible d’apporter des modifications de façon plus aisée.

Il ne sera pas question dans ce document d’une alimentation individualisée, elle concerne l’ensemble des individus vivant sur notre continent.  On peut voir des exceptions pour des peuplades en fonction de ce qu’elles ont à leur disposition.  Si le lait est déconseillé chez nous pour les raisons que je donnerai plus tard, les populations qui disposent de peu de légumes (fournisseurs de calcium, surtout les légumes verts) parce que  la végétation à part des lichens pousse mal dans leur région,  pour avoir du calcium elles y auront recours. Mais ce lait là ne doit pas être comparé à notre lait modifié par notre industrie agro-alimentaire.

Un bol alimentaire correcte a une incidence directe sur la nature de notre flore intestinale qui quand elle est adéquate intervient dans la digestion et contribue au bon fonctionnement de notre système immunitaire.  Les compléments alimentaires ont un rôle important à jouer mais si on se base là-dessus uniquement pour bien manger, c’est un peu comme si on remplissait une passoire.  Il faut une structure pour retenir ces apports, et la structure,  c’est la qualité du bol alimentaire dont en découlera le bon fonctionnement du tube digestif.
Malgré toutes ces mesures il reste encore des problèmes pour certaines personnes à cause de leur maladie (Crohn ….) parce que d’autres substances interviennent aussi comme « l’interféron gamma » qui est secrété par le cerveau et qui perturbe le fonctionnement de la cellule de l’intestin, l’entérocyte qui gère les passages des aliments au-delà de la barrière intestinale.   Cet interféron explique la relation entre le mental et le fonctionnement de la biologie dont celle du tube digestif.

Les désordres alimentaires avec leur conséquences sur des symptômes des plus mineurs (ballonnements, aphtes ..) aux plus inquiétants fait quand même les choux-gras d’une publicité intempestive.  J’en veux pour exemple les yaourts additionnés de bactéries, les eaux minéralisées, le lait, alors que tous ces messages vont à l’encontre des règles diététiques les plus élémentaires.

La vitamine D est issue entre autre du cholestérol.  Si le cholestérol est oxydé, il ne peut plus permettre la fabrication de la Vitamine D. En effet il est oxydé chez les personnes sous médicaments ou vieillissantes à cause du moins bon fonctionnement des reins. Les médicaments de manière générale provoquent des carences en micronutriments essentiels. La vit D a un effet immunosuppresseur  comme le métothrexate ® chez les personnes atteintes de Polyarthrite chronique évolutive.  Mais le problème c’est qu’ajoutée de manière artificielle et chez le sujet sain,  elle diminue l’immunité donc  aussi chez le bébé qui fera plus facilement des rhinites.

Le cholestérol oxydé empêche la fabrication des hormones qui en découlent dont le cortisol dont nous avons besoin pour gérer des situations difficiles autrement cela engendre du stress.

Le cholestérol est fabriqué à 80 % par le foie, qui dans un organisme privé d’une quantité suffisante d’anti-radicaux libres (fruits, légumes, épices, herbes, un verre de Bordeau/jour, rive gauche : St Estèphe, Graves, Magot), s’oxyde.

Par contre le cholestérol de l’œuf ne subit pas d’oxydation parce qu’il est extérieur à l’organisme.  Ils doivent se manger le matin et la cuisson ne doit pas dépasser 3 minutes pour ne pas altérer la lécithine du blanc d’œuf qui devient toxique. C’est la raison pour laquelle, la première partie de la cuisson des pains bio, se fait dans un panier.  Ils n’ont pas besoin d’être enduits de blanc d’œuf pour garder une forme.

En prenant des œufs à la coque le matin et des sardines : 2 fois/jour, en un mois on rectifie le problème de la vitamine D. Donner de la Vit D sous forme de médicament entraîne une sclérose des vaisseaux sanguins.  D’une manière générale,  s’il faut complémenter pour une déficience, toujours avoir recourt aux produits à partir d’une source végétale comme le font les firmes de compléments alimentaires à base de produits naturels. En effet le minéral va au végétal et le végétal à l’animal (dont nous faisons partie). Inutile de court-circuiter, le nutriment sera moins bio-disponible.

Du fait des carences en huiles depuis longtemps et pour tous, il faut compenser par 3 c à s de colza/jour et 3 poissons gras/semaine.  D’après Curtay, nous pourrions tripler la dose de Colza pendant 18 mois pour réparer le temps perdu. Les carences en acides gras ajoutées à celles en minéraux (induite pas l’acidité provoquée par la prise de sucres industriels et le stress) est responsable de symptômes apparemment bénins en dermatologie mais qui font très souvent l’objet de plaintes qu’on dit dus à la sècheresse, à savoir : les troubles des ongles et des cheveux et la peau craquelée.
La question est de savoir, sommes-nous à l’abri en mangeant bio ? Non
Pour justifier ce non il y a lieu de définir le bio
D’aborder la qualité nutritionnelle des produits de base : pain
Du bon choix de l’aliment
De dénoncer les mauvaises associations d’aliments

A ) Clarification du bio :   

Définition :
Les aliments biologiques sont issus de l’agriculture biologique, un mode de production fondé
sur des principes qui ont pour objet de protéger  l’environnement, de maintenir la biodiversité et de respecter les cycles biologiques naturels. L’agriculture biologique favorise le recyclage, l’amélioration de la fertilité ainsi que de la qualité des sols, privilégie la santé et le bien-être des animaux, dans un contexte qui valorise l’économie locale et tient compte d’aspects socioculturels. Pour ce faire, la production et la transformation d’aliments biologiques s’appuient sur un ensemble de techniques qui excluent, notamment, le recours aux pesticides et aux engrais chimiques de synthèse, aux organismes génétiquement modifiés (OGM), aux antibiotiques et aux hormones de croissance, à l’irradiation, etc

Définition qui rejoint celle de Rudolf Steiner (anthroposophe) en 1924 sur la bio-dynamie.  Il aura cette citation qui résume bien ce qui manque profondément dans l’agriculture et l’élevage industriels : « Seul peut émettre un jugement sur l’agriculture celui qui tire ce jugement du champ, de la forêt, des animaux qu’il élève ».

Certification :
La France compte 5 signes de qualité officiels : l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) le Label Rouge ou Régional, le Certificat de Conformité, la marque NF Agro-Alimentaire et l’Agriculture Biologique.
Pour résumer, l’Appellation d’Origine Contrôlée caractérise un lien intime entre un produit, un terroir et un savoir-faire humain, le Label - Rouge ou Régional - atteste la qualité supérieure d’un produit alimentaire, la Certification de Conformité atteste les caractéristiques spécifiques d’un produit alimentaire, l’Agriculture Biologique est un mode de production agricole particulier.
L’Appellation d’Origine Contrôlée, le Label, la Certification de Conformité et l’Agriculture Biologique sont les quatre signes de qualité français dont le respect du cahier des charges, contrôlé par tierce partie, est garanti par les pouvoirs publics. Ces outils non hiérarchisés et d’application volontaire ont chacun leur spécificité propre et se juxtaposent à une marque commerciale individuelle ou collective. Tous ont des conditions d’octroi rigoureuses.

En plus du label bio, les produits bio détiennent donc les 5 signes de qualité officiels.

Les Labels Bio

Certibionet : regroupe les labels bios de plusieurs pays dont l’Amérique latine et l’Italie depuis 2008

Depuis de nombreuses années les organismes de certification font un travail de certification, de contrôle, de formation.

La certification suppose un certain coût et une durée de 3 ans avant d’être certifié. Quoiqu’il existe une classification de bio en évolution.   C’est la raison pour laquelle certains producteurs tout en produisant et en transformant leurs produits de façon bio, hésitent parfois à obtenir le label.

Produits transformés pour être étiquetés bio les produits doivent l’être à 100 %, une tolérance à 5 % est admise quand il n’existe pas de produit de remplacement pour obtenir la transformation et pour autant que les produits utilisés ne se trouvent pas dans la liste des produits formellement interdits. Ces  5 % représentent un des piliers sur lesquels s’appuient  les détracteurs du bio.

Le Bio  convient pour les producteurs en extensif et qui sont dans des zones peu accessibles contrairement aux plaines.

Extensif (bio : moins d’animaux à l’hectare) en opposition à intensif (cultures les plus répandues).

Exemples de restriction pour la certification Bio :

Pour la banane il existe des contraintes au niveau de la culture.  Mais la conservation sera contrôlée aussi. Le mûrissement se fera à l’éthylène contrairement à l’agriculture conventionnelle qui utilise les  pesticides et fongicides pour que les produits se conservent.

L’hydrogénisation : interdit.

Hormones pour la germination de malt : interdit

On peut cependant encore avoir des traces de pollution dues à l’environnement  mais tout cela est suivi.

Secteurs non garantis :

Tous les secteurs ne sont pas encore garantis, comme le vin quoique beaucoup de producteurs méritent le label bio du fait du respect des normes de vinification d’avant 1970,  avant l’introduction de produits chimiques (souffre (maux de tête), sucre et levures) et peuvent se dire natures ou conformes à la biodynamie.  En effet si les vignes ne sont pas traitées par les pesticides encore faut-il que la vinification soit naturelle, ce qui n’est pas garanti même pour un vin dit bio.  (production et transformation)

Les vins sans soufre ajouté ne voyagent pas très bien. Ils doivent être conservés à moins de 15°C. Si la chaîne du froid est brisée et qu’il reste quelques sucres résiduels, il fermentera de nouveau et là, ce sera le désastre.

Les sulftites donnent des réactions locales d’allergie (réaction rapide) et rares d’intolérance.

Les membres de la famille des sulfites (bisulfites et métasulfites de potassium et sodium, anhydride sulfureux, etc.) peuvent occasionner de l’hypotension, des maux de tête et une réaction allergique chez les asthmatiques. De plus, ils détruisent la vitamine B1. Il est obligatoire d’en signaler la présence, sauf pour les aliments en vrac, le vin blanc et dans les restaurants. On en met jusqu’à 2 g par kg dans les raisins secs.

Mais est-ce que les sulfites sont les seuls responsables de ces effets indésirables ?
Il est difficile de répondre clairement à cette question? Certaines personnes  qui semblent réagir aux sulfites dans le vin, ne réagissent pas à ceux contenus dans la bière ou les fruits séchés. Pourtant, les fruits séchés en contiennent beaucoup plus. Peut-être que ces réactions sont dues aux autres produits ajoutés aux vins? nb : Dr Régis Grosdidier ( conférences de l’Institut de Nutrition Cellulaire Active mai 2011) : les sulfites sont de petites molécules qui seules ne posent pas de problème mais couplées à des protéines de dégradation des noisettes, elle enclenche une réaction de type IgG et IgE c’est quand c’est plus grave (allergie).
Les tanins synthétiques, de la gomme de Guar (végétal, allergie ?), des enzymes, de l’acide ascorbique (vitamine C servant d’agent de préservation), etc.. Ceci est sans compter sur le fait que les raisins qui composent ces vins sont souvent très loin d’être issus de l’agriculture biologique. Donc ils contiennent de résidus de pesticides et autres produits chimiques et réaction allergique possible à ces produits.  Le souci est qu’il est impossible de savoir ce que contient votre bouteille, car aucune loi n’oblige les producteurs à écrire les ingrédients sur l’étiquette.

Parlant de vins issus de l’agriculture biologique, contiennent-ils moins de sulfites ? Pas nécessairement. Les labels bios contrôlent la culture et non la vinification. Cependant, les vignerons qui cultivent leurs raisins de cette façon pour des raisons écologiques et sanitaires, plutôt que de marketing, ont, pour la plupart, la même façon d’agir en cave. Donc, ils utilisent les sulfites à petites doses. Seuls les vins en biodynamie ne contiennent pas de sulfites.
Il n’y a que 4 % des vins en France qui répondent aux critères de biodynamie.  Sur le plan de la santé du fait de sa richesse en anti-radicaux libres, on sait que les Bordeaux rive gauche est le plus performant : Grave, Margot, St Estèphe

D’une manière générale les levures ne sont par encore réglementées.  Certaines brasseries pour cette raison utilisent l’air ambiant par exemple.

Les prix de vente :

Quoiqu’on en dise ils ne sont pas excessifs,  pour autant qu’on sache quoi acheter.  Certains produits sont moins chers ou au même prix, d’autres sont à 100 %. Le pain bio nourrit mieux, il en faut moins et se conserve mieux.

  • les herbicides sont remplacés par de la main d’oeuvre quoique de plus en plus des  méthodes sont étudiées pour la remplacer
  • le compost, les engrais verts et les jachères se substituent aux engrais chimiques de synthèse
  • les hormones de croissance sont remplacées par des   périodes  d’élevage plus longues

B) Qualité nutritive :

Dans le tort  que fait l’alimentation industrielle au niveau de la santé dont les problèmes  dermatologiques sont une des manifestations, il faut considérer,

-la carence que même les compléments alimentaires ne peuvent combler ( à laquelle l’épeautre remédie et il correspond à une orientation naturelle des personnes qui font le choix du bio)

les effets nocifs des adjuvants alimentaires chimiques.

La qualité nutritionnelle de l’épeautre  (Triticum aestivum ssp. spelta) est reconnue comme étant  plus importante que pour le blé commun (Triticum aestivum ssp. vulgare), mais cette façon classique d’apprécier les choses n’est pas supportée par une certitude scientifique.  Cet article fait une comparaison en  lipides, acides gras polyinsaturés et  minéraux entre les 2 blés et montre un taux plus élevés d’ac gras polyinsaturés (ac oléique) et de lipides ds l’épeautre.  Les taux de minéraux sont de 30 à 60 % plus élevés.  Ce problème de chélation par l’ac phytique se rencontre dans de nombreuses céréales.  Le but c’est d’enfermer les minéraux dans des logettes situées dans la graine et dont elle aura besoin lors de la germination mais nous cela ne nous arrange pas.

Les adjuvants alimentaires chimiques :

Les améliorants de panification ont progressivement été ajoutés aux farines modernes afin de permettre la mécanisation de la fabrication du pain, visant elle-même à réduire la main-d’œuvre et le coût de panification.  Ces améliorants de panification appartiennent à cinq grandes familles :
1)    les protéines essentiellement la poudre de gluten produite industriellement.
2)    Les graisses d’origine animale ou végétale variées et souvent modifiées.(hydrogénation)
3)    Les sucres rapides tels le glucose et le lactose ou complexes telle la maltodextrine.
4)    Les émulsifiants dérivés entre autre du lait et des œufs
5)    Les agents antioxydants dont l’acide ascorbique est le plus massivement utilisé.
6)    Les tanins
La nocivité de chacun de ces éléments sera reprise plus bas.

Nb :

3) Sucre blanc :

Produit chimique excitant, déminéralisant.  Sa consommation oblige de puiser ds les réserves de l’organisme les corps tels que sels minéraux, ferments …. nécessaires à son assimilation.  Sa dégradation donne naissance à des déchets toxiques (dont l’ac oxaliques entre autres) acidifiants.
Nous avons besoin de sucres organiques qui se trouvent dans les céréales, les fruits, les légumes, les légumineuses.  Le sucre organique est l’aliment des muscles.  Si il se trouve sous la forme de saccharose ou de sucres isolés, hydrate de carbone rapidement assimilés et métabolisés et de ce fait il provoque un « coup de pompe ».  Si le sucre est assimilé   via des  céréales, la dégradation et la libération des hydrates de carbone se fait progressivement pour que soit assuré le métabolisme des graisses et coups de fatigue.

Une maltodextrine est le résultat de l’hydrolyse d’un amidon (blé, maïs) ou d’une fécule (pomme de terre). Elle est donc constituée de différents sucres (glucose, maltose, maltotriose, oligosides et polyosides) directement issus de cette réaction, dans des proportions qui dépendent du degré de l’hydrolyse. Dans l’industrie agroalimentaire, la réaction d’hydrolyse est obtenue généralement par voie enzymatique (de la même façon que dans l’appareil digestif). Au stade souhaité de la réaction, les enzymes sont désactivés par l’ajout de sulfites. Les maltodextrines sont largement utilisées dans l’industrie comme support (arôme…), excipient (médicament …), ou agent de charge. Elles ont un pouvoir sucrant très faible. Les procédés modernes permettent d’en faire des agents encapsulants et/ou gonflants (exemple des édulcorants de table, où l’aspartame est englobé dans des grains de maltodextrine extrêmement volumineux).

2)Hydrogénation :

Des ac gras partielle ou totale, permet de mieux solidifier les corps gras (margarines), d’assurer une conservation plus longue aux produits industriels (viennoiseries, biscuits, pizzas, crèmes à tartiner, snacks chocolatés, céréales « type corn flakes ..) en leur donnant une texture  moelleuse et un aspect trompeur de « tt juste sorti du four ».

Méchants acides gras : les ac gras saturés :

Beurre, produits laitiers, fromages, viandes de bêtes à 4 pattes, charcuteries.  Huile de palme et de coprah et celles qui sont hydrogénées même partiellement, les margarines, huile d’olive
Sont non métabolisables.

La phosphatidylcholine est plus connue sous le nom lécithine en référence au mot grec Lekithos, le jaune d’œuf dont elle a été extraite initialement. C’est un lipide de la classe des phosphoacylglycérols. En fait, la définition exacte de la lécithine peut dépendre du contexte.

Au sens le plus strict, la lécithine désigne uniquement la phosphatidylcholine, c’est-à-dire un lipide formé a partir d’une choline, d’un phosphate, d’un glycérol et de deux acides gras (figure 1). Dans ce contexte, il serait plus juste de parler des lécithines car il ne s’agit pas d’une seule molécule mais d’un groupe dont la composition en acide gras varie d’une molécule à l’autre. Ainsi, les lécithines vont adopter diverses couleurs selon cette composition : du jaune pour la lécithine végétale au brun pour la lécithine de poisson.

Utilisation industrielle

Diverses lécithines ont fait l’objet de recherches médicales. Les lécithines (E322) sont utilisées comme émulsifiants dans l’industrie alimentaire. Elles sont aujourd’hui majoritairement extraites du soja. La lécithine de soja est un émulsifiant utilisée par exemple dans certaines recettes de chocolat pour améliorer l’homogénéité des ingrédients

Les membres de la famille des sulfites (bisulfites et métasulfites de potassium et sodium, anhydride sulfureux, etc.) peuvent occasionner de l’hypotension, des maux de tête et une réaction allergique chez les asthmatiques. De plus, ils détruisent la vitamine B1. Il est obligatoire d’en signaler la présence, sauf pour les aliments en vrac, le vin blanc et dans les restaurants. On en met jusqu’à 2 g par kg dans les raisins secs.

5) Les anti-oxydants

Ils empêchent le rancissement. Ils altèrent le système immunitaire, affectent le foie et la glande thyroïde, et freinent l’absorption de la vitamine P. Ils se cachent dans certains biscuits, le lait en poudre et plusieurs sauces.
Il est intéressant de savoir que l’acide ascorbique, ou vitamine C, peut provoquer des calculs rénaux et des diarrhées lorsque pris à fortes doses. Il ne faut donc pas abuser.
Il s’agit de vit C synthétique donc dextrogyre dont  l’efficacité est différente de celle de la forme lévogyre

4) Les agents émulsifiants, épaississants, stabilisants et gélifiants :

différentes gommes (xanthane, arabique, etc) rendent les pâtés de volaille plus faciles à trancher, moins secs. À fortes doses, elles pourraient favoriser le cancer du côlon et affecter le système immunitaire.
Les acides gras trans résultant d’une hydrogénation partielle3 (principalement industrielle) de graisses insaturées, fragiles (facilement oxydables), et en général liquides à température ambiante. Ils sont présents jusqu’à 5%, voire 6 ou 7% dans les graisses et viandes animales, mais aussi cachés dans de très nombreux aliments ou ingrédients industriels, et jusqu’à plus de 30%. Ils sont encore plus nocifs pour la santé que les acides gras saturés, alors que beaucoup croient bien faire en remplaçant le beurre ou la crème par ces produits

Les tanins synthétiques :

Sont non biodégradables or l’homme et les poissons se trouvent  en fin de chaîne alimentaire et subissent leur   Perturbations  endocriniennes de manière plus intense.

C) Le bon choix de l’aliment

le lait

Avant d’acheter n’importe quoi en  bio, il faut savoir ce qu’il faut acheter ou ne pas acheter.
Le Calcium du lait est moins disponible (30%) que celui des végétaux (70 %). Le fromage Roquefort bio est plus riche en calcium.  Les petits fromages de chèvres de l’agriculture Bio contiennent 2 fois plus d’ac gras essentiels oméga 3.
La prise exagérée de laitage sous forme de lait, de poudre de lait rajoutée dans de nombreux produits alimentaires lors de leur transformation aura de nombreux effets délétères sur le métabolisme et entrera dans les conséquences de l’intolérance et dans le sulky gut syndrome (paroi des intestins comme des passoires) qui en dermatologie aggravera les dermatoses.  En effet 75 % des habitants adultes de la planète ne sont pas capables de digérer le lactose  parce qu’ils ne  fabriquent plus la lactase qu’à 10 %  après la petite enfance. (les populations en famine et qui ne disposent que  de céréales qui chélatent (blé) les privaient de minéraux, dans ce cas le lait vaut mieux que rien)
Il est préférable de boire des laits végétaux : soja (bio, parfois des allergies), sarrasin, kinoa (protéines qui ont nourri les Incas), amandes (en poudre et reconstituer avec de l’eau chaude). Pour les chinois 6 amandes/jour suffisent pour apporter le calcium nécessaire).

D) Dénoncer les mauvaises associations :

Les associations d’aliments :

  • Yakoul : yaourt et probiotiques
  • fruits et yaourt, et fruits après le repas :
    les confitures avec beurre et pain, dans ces cas l’association des hydrates de carbone et de farineux donne un taux d’alcool plus élevé que l’alcool brut normal et provoquent des migraines
  • les fromages et pain, (amidon dans un estomac dont l’acidité est induite par la présence du fromage ne sera pas digéré puisqu’il lui faut de l’alcalose), la digestion sera prolongée

E)  En dermatologie :

Si les aphtoses sont reconnues comme étant favorisées par  : Fruits secs(sulfites ?), exotiques, acides, certains fromages, les aliments riches en histamine,   un journal de diffusion d’information aux dermatologues : le Skin vol 12-n° 5 a relevé au Congrès de l’EADV à Berlin que dans la gingivite desquamante le traitement se résume à des recommandations simples d’hygiène buccale avec antiseptiques buccaux et brossage dentaire fréquent, prudent et méticuleux.  Traitement réducteur s’il en est.

Dans mes cas personnels : que ce soient les aphtoses, le lichen, le psoriasis, eczéma surtout constitutionnel (atopique), l’acné : une enquête nutritionnelle est toujours effectuée avant d’envisager toute autre médication et il est regrettable avant même de s’être penché sur cet important paramètre  d’enclencher une antibiothérapie  privant ainsi le patient d’un important patrimoine que sont ses bactéries endogènes, indispensables à la digestion et au fonctionnement de son système immunitaire. Dans de nombreuses situations, l’état s’améliore plus vite quand l’alimentation est adéquate et les crises de récidives s’expliquent souvent pas des écarts.
Seignalet a fait les mêmes observations dans une importante étude portant sur plusieurs maladies auto-immunes dont celles qui nous intéressent ; la sclérodermie, le LED, le LED  et autres dermatoses co l’acné, l’eczéma, le psoriasis vulgaire, aphtes et maladie de Behcet  sur une période de  6 ans … avec fréquemment une amélioration ou la guérison de maladies passant pour incurables. (L’alimentation ou la Troisième Médecine, coll Ecologie Humaine, 1996)

Régime frugal de Seignalet

  • 20% sont capables de le suivre
  • Suppression de toutes les céréales; à l’exception du riz
  • Suppression de tous les laits animaux et dérivés
  • Huile : 1° pression froid (olive, tournesol)
  • Supp en chlorure de Mn et oligoéléments

Le but de ces informations est de mettre le lecteur en garde contre l’alimentation industrielle qui ne nous veut pas du bien.
Le bio est une alternative mais vous n’êtes pas sauvés en vous abandonnant à cette garantie, il faut un minimum de connaissance en nutrition.

Quelques bonnes notes concernant les aliments :

  • Olive : monoinsaturés, tournesol (ac linoléique)
  • Fromage et produits lacto-fermentés :
    La fermentation lactique que subissent les fromages et yaourts régénère et purifie ces aliments.  Le yaourt accroît la vitesse d’absorption du glucose et favorise la formation d’interféron dans l’intestin.
  • épinards même bio, congelés sont acidifiants et doivent être mangés de suite après cuisson, ne jamais les conserver pour le lendemain.
  • le vinaigre balsamique sauf l’italien(très bon)  contient du miel (amidon)

En pratique :

Matin :

ce repas doit représenter 25% de l’alimentation du matin
Boisson : à base de chicorée, jus de pommes : prébiotiques  nourrissent les bons microbes
Fruits de saison et du pays (il en faut minimum 2 par jour) : début ou entre repas
Soit œufs à la coque : crus, enlever le blanc ou gober, si cuit pas plus que 3 minutes (Vit D)
Soit  crème Budwig (médecin allemand) reprise par le Dr Catherine Kousmine (gde nutritionniste du siècle dernier)
2 c à s Céréales moulues ou pilon ( riz, orge,  ….. ! au BOSA (blé, orge, seigle, avoine) en cas d’ intolérance au gluten, le petit épeautre n’en contient pas
1 c à s de oléagineux à la fois (une seule à la fois, pas mélanger : soit noisettes, noix, châtaignes, pignon de pin, graine de tournesol : (pour digérer mieux les bananes ….)  moulus ou pilon
4 c à c de fromage blanc (chèvre idéal : plus cher) ou faisselle
Jus d’1/2 citron
Fruits de saison ou banane mais pas agrumes
2 c à c : huile de noix ou lin
Sucres permis : sirop d’agave, de bouleau, sucre de canne (peu pcq le sucre il ne faut le démarrer si possible que à 13 h pour mobiliser les graisses du corps et éviter le sur-poids)

Soit : purée d’amandes sur pain (artisanal)
Soit Houmous ( à bas de poix chiches et de citron : recette sur internet) sur pain d’épeautre (artisanal)
Soit Sardines (oméga 3 co huile d’olive 1ère pression à froid)

Midi :

Potages, légumes de saison et du jardin, riz complet,
Les pommes de terre : pansement gastrique, peu nutritives contiennent des calories
L’huile d’olive est la seule qui peut monter à 120 ° pour la cuisson
Les animaux à 4 pattes contiennent des graisses saturées, toxiques à la cuisson,
Donc le steak tartare ok
Ou peu cuit
Les carpaccios comme en Crête
Les animaux à 2 pattes : graisses polyinsaturées donc peuvent être cuites (pas comme des semelles)
Poissons : idem

Soir :

Potage, légumes, céréales,
Pas d’œufs le soir mais le matin.  Quand on prend des œufs le matin, on donne l’information au corps : je t’apporte du cholestérol, il n’est pas nécessaire que tu en fabriques de trop.
Il est important de bien manger pour ceux qui  prennent des médicaments et que le foie trinque.
Donc fruits, légumes, bonnes graisses, herbes, aromates +++++(permettent la libération des enzymes digestifs)

La peau en homéopathie, nouvelle approche globale

Afin de répondre aux questions nombreuses très souvent posées en consultation, 

Le Docteur Pierrette Gengoux donnera une conférence sur :

La peau en homéopathie,
nouvelle approche globale
 

Au cours de laquelle seront abordés différents  facteurs qui facilitent l’apparition de la maladie, dont la nutrition et le mental.

 

Date : le mardi 13 septembre 2011

accueil à 19h30

conférence 20h00 précises

  

Adresse : ESPACE BOREAL

avenue de la Constitution 74

1090  Bruxelles

 

Réservation : 0495245338

Description de l’état du patient

Description  de l’état du patient après la consultation et après la prise du remède.

Quand en consultation, pour la recherche d’un remède, le patient va contacter la source de son remède, celle qui l’anime dans toutes les manifestations de sa vie et dans ses symptômes, il se passe une transformation en lui qui est très bien décrite dans ce cas- ci. La personne qui a accepté que son témoignage soit repris ici, résume ce que d’autres personnes racontent de leur expérience.   L’intérêt de ce témoignage particulier c’est qu’il est rapporté par un professionnel de la santé qui a l’expérience de la psychanalyse. « J’ai rencontré l’énergie du remède et cela ne peut être que le remède. C’est comme une rencontre entre des énergies, celle du remède et de nous.Après la consultation cela s’est passé ainsi :Pendant 3 jours après la consultation, je ressentais  comme un espoir comme si j’avais évacué émotionnellement l’expérience que j’ai évoquée en consultation et après 3 jours de nouveau je me sentais retomber  dans le bain.  Puis lorsque le remède commandé en pharmacie est arrivé et que je l’ai pris c’était comme du granit, je sentais quelque chose qui disait stop.  Et ce n’est pas psychologique, cela vient d’autre chose, comme une force autre que moi, ma conscience, quelque chose d’intérieur, peut-être au niveau des processus cellulaires, quelque chose de rajouté, tu voulais aller là et bien non c’est ailleurs. Rien de grave ne peut plus m’arriver,  on ne peut plus remettre ma parole en question, c’est le remède qui a transformé ce qui était avant en ce que c’est devenu.C’est comme une force qui vient du fond des âges, elle dépasse ma vie, c’est une chose sur laquelle on peut compter, comment cela se fait-il qu’un tigre ne dévie pas de sa route?  C’est une force intérieure, comme si une force  s’était mise en moi, une force tranquille. J’ai une vie depuis 38 ans, mais maintenant on a mis dans mon organisme une force qui a 30 000 millions d’années, elle est plus efficace et le tout c’est de s’ouvrir à cette force là. Ce n’est pas dans les mots qu’on peut le dire, c’est autre chose, c’est une autre force qui agit.  Il fallait descendre profondément dans des vibrations d’un des règnes (minéral, végétal animal ….). C’est une action plus profonde qu’en psychologie avec les mots.   Il y a quelque chose de plus vivant qui colle. Ce n’est pas un placébo. Il y a quelque chose de plus fort qui dit non … plus de constriction.   J’ai rencontré l’énergie du remède, on s’est retrouvé tous les deux. »

L’épidémie de grippe H1N1, un cadeau du ciel

Par Bernard Biardeau

-   homéopathe   -   20 août 2009

Le mot épidémie vient du grec epi, sur et deimos, le peuple. D’après cette origine, une épidémie serait donc par définition quelque chose qui « tombe » sur le peuple.
Mais une épidémie induit généralement une notion de catastrophe, or ce mot décomposé donne, cata, en dessous, astro, les astres et phein (en grec)  noir. Et que sont donc ces astres noirs si ce ne sont les planètes de notre système solaire ? Aussi, ne serait-il donc pas judicieux d’affirmer que toute catastrophe ou épidémie a comme origine première une influence astrale ?
Certes il y a toujours un germe pathogène qui est le vecteur de toute épidémie mais ce germe peut-il être actif sans les influences célestes qui lui sont propres ? Un virus est composé de molécules d’ADN et d’acides aminés à l’état actif ou à l’état latent mais en aucun cas un virus ne meurt. Celui de la grippe espagnole de 1918 a été retrouvé  à l’occasion ici ou là, cela n’engendre pas pour autant une pandémie (1),  les influences célestes en rapport avec ce virus n’étant pas actives.
Dans la nature tout est régi par des lois biologiques en étroite collaboration avec les influences astrales, « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et inversement » disait Hermès Trismégiste. Que vous plantiez des oignons de tulipe au mois d’août ou bien au mois de janvier,  ils ne pousseront qu’au printemps conformément à leur cycle biologique. Il en est de même pour tous les germes pathogènes qui présentent chacun un cycle biologique propre. Par exemple quand débute une épidémie de polio sa durée est de 22 ans avec ou sans vaccination ; quand aux épidémies de grippe saisonnière, elles ne se produisent qu’en hiver bien que le virus vive également en été.
Le virus H1N1, un cadeau du ciel

Quand on évoque l’idée de cadeau du ciel devant la pandémie de grippe H1NI de 2009  la première pensée va généralement vers laboratoires pharmaceutiques qui vont faire des profits colossaux, certes !… Mais nous citoyens du monde comment pouvons nous faire pour transformer en cadeau du ciel ce « fléau » tant annoncé ?
Et si nous nous retournions vers l’épidémie de grippe espagnole ?

« En 1918, après la première guerre mondiale, l’épidémie frappe les États-Unis. En 4 mois, elle terrasse 80 millions d’habitants sur le globe. Elle touche plus particulièrement les jeunes et les femmes enceintes. Bien souvent, le matin en pleine forme, le soir décédés. En 1921, les statistiques démontrent les forces de l’homéopathie. Le docteur T A Mac Cann, de Dayton en Ohio, rapporte que sur 24 000 cas de grippe traités à l’allopathie, le taux de mortalité est 28.2 % tandis que chez 26 000 personnes traitées à l’homéopathie, le taux de mortalité est 1.05%, et le taux était le même pour W.A. Pearson de Philadelphie sur 26 795 cas. Chez certains homéopathes, les taux de mortalité étaient même inférieurs à 1%… la majorité des cas était sous Gelsemium et Bryonia, qui ont paru les guérir totalement ». (2)
Selon la ligue médicale homéopathique internationale (3), les homéopathes mexicains viennent d’identifier indirectement, grâce aux comptes-rendus de médecins hospitaliers les symptômes de la grippe H1N1 ( Fièvre - Faiblesse généralisée sans prostration extrême - Transpiration abondante pendant la fièvre - Mal de gorge - Toux peu fréquente - Arthralgies constantes touchant les mains, les coudes et les épaules au pic fébrile - Céphalée rétro-oculaire et douleurs dans les globes oculaires (« J’ai mal aux yeux ») - Céphalée occipitale et douleurs de cou aggravées en ayant la tête relevée sur un oreiller avec caractère pulsatile des douleurs occipitales chez certains - Complications : Pneumonie avec multiples foyers interstitiels infiltrés et toux productive avec expectoration jaunâtre).

Or, l’étude de l’ensemble de ces symptômes correspond à deux remèdes homéopathiques, Gelsemium et Bryonia. Les mêmes que pour la grippe espagnole ! Tiens, tiens comme c’est étrange ! En réalité pas du tout puisque le virus de la grippe espagnole était le…H1N1… !
Or, en plus de leur double capacité à prévenir et à soigner la grippe H1N1, ces deux remèdes homéopathiques possèdent des symptômes mentaux en rapport avec la crise économique actuelle : Gelsemium, trac, anticipation, peur d’entreprendre et Bryonia, peur de la pauvreté.

Ainsi, tout semble se passer comme si le ciel envoyait une épidémie pour que, en prévenant et en soignant cette épidémie par des moyens naturels, en l’occurrence l’homéopathie, toute l’humanité puisse se libérer de ses appréhensions et de ses peurs face à la crise économique.
Avec Gelsemium, les appréhensions, la paralysie ou la peur d’entreprendre vont faire place à la sérénité et à l’esprit d’entreprise et avec Bryonia ce sera la peur de la pauvreté qui sera fortement diminuée. Ainsi, en donnant Gelsemium à une grande partie de l’humanité, toute l’économie mondiale actuellement paralysée par la frayeur et le spectre de la récession pourrait repartir. D’ailleurs ne dit-on pas d’un moteur qu’il est « grippé » lorsqu’il est bloqué et n’y a-t-il pas le mot GEL dans Gelsemium, le principal remède de la grippe. Ainsi Gelsemium semble tout à fait indiqué pour « dégripper » l’économie mondiale à condition de le donner à un très grand nombre bien évidemment et à doses élevées.
Pour prévenir ou soigner la grippe H1N1
Il existe deux grands courants de pensée possibles selon la philosophie de chacun.
1. Suivre la médecine conventionnelle et se faire vacciner.
Rappelons que le taux de mortalité des soins de la grippe espagnole par la médecine conventionnelle de l’époque était de 28,2, pour quelles raisons ce pourcentage serait-il différent en 2010 ?  En effet, le taux d’efficacité réelle du vaccin pour protéger de la grippe serait de 0 % selon l’étude suivante ! Certes, cette étude date de 1993 mais  à notre connaissance  aucune autre recherche  ne semble être venue la contredire.
« Un rapport du Dr C. Peter, chef de service et du Dr C. Frémont, directeur général de la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) de Nantes (France) a été présenté lors du congrès Epidémiologie et Santé qui s’est tenu à Nancy (France) du 3 au 6 juillet 1995. Ce rapport avait pour mission d’évaluer l’efficacité de l’action de la prévention de la grippe par la vaccination.

Méthode
« Les sujets vaccinés ont été comparés à des non vaccinés pour leur consommation de soins ambulatoires pendant la période épidémique couvrant les semaines 47 à 50 de l’année 1993. Deux échantillons de 257 individus chacun ont été pris de façon aléatoire sur les bases de 43735 individus de la classe d’âge ».

Résultats
« On observe que la proportion des individus qui n’ont pas présenté d’état grippal a été sensiblement la même dans les deux groupes, 86 % chez les vaccinés et 87 % chez les non vaccinés ou dit plus clairement, 14 % des vaccinés ont eu la grippe contre 13 % des non vaccinés ».
« Les dépenses moyennes des personnes qui ont contracté la grippe a été de 382 F chez les vaccinés et 294 F chez les non vaccinés (dépenses en consultations, visites, pharmacie, biologie) » soit un excès de dépenses de 88 F par chaque personne vaccinée».
« Cette étude avait pour but de formuler l’hypothèse que les vaccinés, parce qu’ils sont vaccinés, consommeraient moins que ceux qui ne le sont pas, durant la période épidémique. Avec une certaine surprise, on constate que c’est l’inverse, ce sont les vaccinés qui consomment 23 % de plus que les non vaccinés durant cette période épidémique » (4)

II)     Suivre la médecine naturelle et faire une prévention avec l’homéopathie
Rappelons que le taux de mortalité des soins de la grippe espagnole par l’homéopathie était de 1,05, pour quelles raisons ce pourcentage serait-il différent en 2010 ?

En effet, il est tout à fait possible de se protéger et de se soigner de la grippe par l’homéopathie (mais aussi de toutes les maladies infectieuses) comme cela se fait depuis deux siècles. Cependant, il n’est pas juste de dire « vaccination par l’homéopathie » puisque rien n’est inoculé mais il est préférable de parler de prévention de la grippe et de toutes les maladies contagieuses par l’homéopathie.
A) Le « protocole » de prévention le plus simple pour la grippe H1N1
1) Alterner tous les mois, dès maintenant, une dose de :
Le 1er samedi : Influenzinum (le nosode du virus de la grippe) en 30 CH ou 200 K
Le 2ème samedi : Gelsemium en 30 CH ou 200 K
Le 3ème samedi : Bryonia en 30 CH ou 200 K
Le 4ème samedi : rien
2) Reprendre Gelsemium ou Bryonia en 30 CH ou 200 K après chaque « bain de foule » (maximum une fois par semaine) tant que perdurera la pandémie.
3) Reprendre Gelsemium et Bryonia en 30 CH ou 200 K en alternance tous les 3 jours lorsqu’il existe un contact permanent et rapproché avec des personnes supposées contagieuses (personnel soignant ou particuliers qui soignent des proches atteints de la grippe).
4) Pour individualiser la prévention, voir le chapitre « la grippe » dans le livre « l’homéopathie au fil de la vie » (5).
B) Les soins homéopathiques de la grippe
Consulter en urgence un homéopathe. Hélas, pour les personnes isolées cela risque d’être difficile, il est donc souhaitable que chacun ait fait un suivi homéopathique au préalable. Ainsi,  s’il advenait une urgence, votre homéopathe pourrait  vous conseiller par téléphone un traitement individualisé.
A défaut, se référer au chapitre sur la grippe dans votre guide familial d’homéopathie.
A vos granules, citoyens du monde !

A Paris, le 20 août 2009
Par Bernard BIARDEAU
bernard.biardeau@wanadoo.fr <mailto:bernard.biardeau@wanadoo.fr>
06 03 19 78 47
Auteur du livre « l’homéopathie au fil de la vie » dont un chapitre entier est consacré à la prévention et aux soins de la grippe.
1. Pandémie : épidémie qui touche simultanément de nombreux pays.
2. extrait du site http://www.infonaturel.ca/Homeopathie/Epiemies_soignees.aspx <http://www.infonaturel.ca/Homeopathie/Epiemies_soignees.aspx>
3. ligue médicale homéopathique internationale, http://lmhi-france.nerim.net/index.htm <http://lmhi-france.nerim.net/index.htm>
4. extrait du journal de la ligue pour la liberté des vaccinations, août 1998, http://www.infovaccin.fr/ <http://www.infovaccin.fr/>
(5)     « l’homéopathie au fil de la vie », Ed. Médicis, 430 pages, 20 €.

JOURNEES D’EVOLUTION PERSONNELLE :

LA PUISSANCE DE LA PENSEE
à 1370 DONGELBERG
chemin des Roches, 26

3 octobre 2009 :
Le mental à fleur de peau
par le Dr P. Gengoux, dermatologue-homéopathe

* pour le  3-10-2009 :  75 €
(prévoir son pique-nique)
par tél. au 0472 87 83 04 de Nicole Van Belle avant le 28-09-2009

inscription effective après règlement d’un acompte de 35 € par journée
au compte 310 1242499 15
de Nicole Van Belle, Dongelberg

N.B. Un problème financier ne doit pas vous empêcher de vous joindre à nous

Le mental à fleur de peau

Le 3 octobre 2009 de 10 à 18 h :

Au propre comme au figuré notre mental s’exprime à travers notre dynamique, que ce soient les symptômes en cas de maladie, nos choix de vie, nos expressions verbales, corporelles. C’est la raison pour laquelle le médecin doit s’effacer devant le patient quant il s’agit de trouver un remède en homéopathie, parce que le patient sait et le médecin, devant le patient, ne sait rien. C’est avec toutes les informations données par le patient qu’il pourra ensuite apporter ses connaissances et son savoir pour faire concorder la dynamique d’un patient avec celle d’un remède.

A travers 3 questions posées en début de journée nous verrons qu’il y a moyen d’aborder la dynamique de chacun. Cette démonstration se voudra ludique a priori mais suivra le courant du groupe ;

La consultation difficile en homéopathie

Pour une maladie comme le psoriasis par exemple, il est très difficile de trouver le remède d’un patient sans avoir recours à une approche minutieuse des valeurs du patient.  Il faut savoir que nous disposons de plus ou moins 5000 remèdes.  Plus la similitude entre le remède choisi et le tableau clinique est juste, plus le patient aura des chances d’obtenir une résolution de son problème.  C’est la recherche du remède qui est difficile.  Une fois trouvé,  la rapidité de l’amélioration est étonnante. 

 

 La consultation difficile en homéopathie

 

La consultation homéopathique selon cette méthode  peut être longue, habituellement de 1h30 à 2 h parfois plus lors de consultations ultérieures.   

Elle  peut être rapide chez les enfants et chez les personnes en crise qui se révèlent à l’état pur dans leur souffrance.  Elle est plus difficile quand la personne a fait  une psychanalyse, quand elle a consulté des thérapeutes qui lui ont donné eux-mêmes une explication à leurs problèmes, quand elle a bien compensé sa souffrance par une vie très remplie sans aucune pause.  Certains patients s’évadent dans la description de faits et d’exemples pour expliquer leurs problèmes.  Ils restent sur un niveau horizontal.  Ce que nous cherchons à faire c’est faire descendre le patient dans la description de ce qu’il vit en racontant ses symptômes.  Cela se passe à un autre niveau que le fait ou l’exemple. 

Ce n’est donc pas la gravité des symptômes qui rend la consultation plus difficile. 

Habituellement nous préférons réserver le temps nécessaire à ce type de consultation mais parfois spontanément dans une consultation de durée habituelle, il est possible de percevoir très vite le remède.

Invitations - Découvertes à Boréal

Dans le cadre de l’après-midi organisée par l’espace Boréal

le Dr Gengoux se tiendra à votre disposition pour vos questions concernant le traitement des problèmes de peau en homéopathie.

• La consultation en homéopathie suivant la méthode du Dr. Sankaran avec le
Dr. Pierrette Gengoux, MD Dermatologue Homéopathe, auteur de Notre mental s’exprime
à fleur de peau. Comment le médecin homéopathe peut entendre et comprendre les propos du patient qui exprime sa douleur ou son problème. Avec cette méthode subtile, à l’écoute du vocabulaire et de la gestuelle du patient, le médecin va trouver un remède homéopathique idéal pour l’aider. Présentation du ivre, signature et rencontre.
Dr Pierrette Gengoux,- www.homeodermato.com - pgengoux@voila.fr -  secrétariat :  04 349 47 33

Lors des Découvertes à Boréal, de nouveaux contacts se nouent, des affinités se dessinent, des projets naissent. Une nouvelle manière de collaborer et d’élargir son réseau. Cueillir la satisfaction.  Avec intelligence et confiance.Invitation

Les Découvertes à Boréal

Un dimanche après-midi, entre 14h et 18h, moment de votre choix…
Adresse de l’Espace Boréal
Les Découvertes à Boréal ont lieu près de la Basilique de Koekelberg, à Jette :
Avenue de la Constitution 74 (Côté jardin) - 1090 Bruxelles - parking aisé
Plan d’accès : http://www.espaceboreal.be/acces.html

www.espaceboreal.be - Avenue de la Constitution 74 - 1090 Bruxelles
Coordination : chantal.godefroid@espacecom.be  -  0475 57 29 70