Homeopathie & Dermatologie

Notre mental s’exprime à fleur de peau.

Psoriasis : Résultats concernant le traitement par Homéopathie et présentés au Congrès International de la Ligue à Paris 17-19 juillet 2014

Psoriasis : Résultats concernant le traitement par Homéopathie et présentés au Congrès International de la Ligue à Paris 17-19 juillet 2014

Le psoriasis est une maladie qui s’exprime essentiellement à la peau et parfois dans les articulations mais qui est issue d’un trouble plus profond impliquant le système immunitaire. Avant de faire une étude approfondie des 317 cas de psoriasis suivis en privé (soit 3,5 % des consultations totales, chiffre habituellement mentionné dans la population) là où je peux consacrer plus de temps en homéopathie aux patients, j’avais déjà l’impression que dans la majorité des cas, les remèdes étaient minéraux. Il me semblait aussi que mes résultats étaient meilleurs quand j’avais l’occasion de chercher avec le patient par la Méthode de la Sensation Vitale du Dr Rajan Sankaran de Mumbaï, son remède de fond.
Ce que j’ai pu observer :
Ces 317 cas de psoriasis ont été suivis sur une période allant de 1992, moment où je me suis informatisée pour les consultations en privé jusqu’il y a 2 ans pour avoir assez de recul.
Seulement pour 76 cas (24%), j’ai obtenu un suivi jusqu’à amélioration notable ou disparition complète des lésions. Pour les autres (76%), je n’ai eu aucun suivi pour différentes raisons :
- Pour certains, aucune amélioration ne fut observée après en général 3 consultations. On verra plus tard quelles sont les conditions pour obtenir une bonne consultation.
- Certains allaient suffisamment mieux et ils s’en sont contentés.
- Dans certains cas, les causes qui déclenchent le psoriasis avaient disparu.
- Comme dans beaucoup de maladies, l’observance de meilleures conditions de vie (arrêt de l’alcool, de médicaments pris pour d’autres raisons que le psoriasis et une meilleure nutrition) avait soit amélioré la situation ou avait fait disparaître les lésions complètement (rare).
Outre ces raisons d’abandon, il faut mentionner des éléments qui n’ont rien à voir avec le résultat, à savoir :
- Le patient est envoyé par sa famille (le conjoint souvent) sans réelle motivation personnelle
- Pensent qu’il y aura des effets secondaires, alors qu’il n’y en a pas
- Alors que curieusement d’autres préfèrent suivre leur thérapeutique allopathique qui elle occasionne de nombreux effets secondaires
- Et justement quand ils sont déjà sous ces traitements (Puvathérapie, immunosuppresseurs …), évitent le sursaut qu’il faut pour se lancer dans l’aventure de connaître son remède de fond en se livrant.
- Raisons personnelles comme le déménagement à l’étranger ….

Sur les 76 cas pour lesquels j’ai un suivi, 55 ont eu une bonne évolution et 21 une disparition complète et stable des lésions et des plaintes comme les douleurs articulaires après prise du remède de fond.
Chez les patients avec disparition des lésions, il y avait 12 femmes et 9 hommes. Dans 17 cas, il s’agissait de remèdes minéraux, dans 3 cas les remèdes étaient animaux et dans un cas végétal. Tous ces patients ont eu des consultations avec recherche du remède de fond par la méthode de la Sensation Vitale. Il y a eu récidive après 2 et 3 ans mais pas aussi grave qu’à la 1ère consultation pour 2 femmes dont le remède était minéral et pour toutes les 2 une nouvelle recherche de remède a été faite pour trouver un autre remède qui s’est avéré un minéral et qui a très bien fonctionné et ceci avec au moins 2 ans de recul. On peut donc dire que la recherche du remède de fond par la Sensation vitale donne de bons résultats.
Sur les autres patients des 76 avec suivi, soit 55, il y a eu une régression des lésions qui leur suffisait. Il y avait 30 femmes et 25 hommes. Dans 32 cas, il s’agissait de remèdes minéraux. 18 patients ont bénéficié de la Recherche du Remède par la Sensation Vitale mais 5 patients sont encore sous traitement et vont mieux mais semble t’il le remède de fond n’a pas encore été bien ciblé. Après une nette amélioration, il y a eu une récidive qui n’est pas encore enrayée. Pour les 13 autres, il n’y a pas eu disparition totale des lésions et ils n’ont pas continué dans cette voie.
Les patients qui n’ont pas eu une consultation avec recherche du remède par la méthode de la Sensation Vitale ont eu une consultation avec recherche du remède par répertorisation des symptômes et des remèdes sélectionnés, un remède le plus représenté dans tous les symptômes a été choisi. Si le résultat n’est pas total, c’est qu’il s’agit d’un remède bon mais qui n’a pas ciblé parfaitement la raison pour laquelle le psoriasis s’est développé chez le patient.
On sait que la cause du psoriasis est génétique mais il est classiquement admis et c’est ce que j’observe aussi dans ma pratique que le déclenchement de cette maladie dépend de différents facteurs :
- Stress, maladies infectieuses (angine)
- On évoque le climat du nord de l’Europe ou des USA mais faut-il encore prendre en compte l’alimentation industrielle de ces pays et l’ensoleillement moindre. Or les rayons UVA et UVB sont des traitements utilisés en allopathie.
- Les traumatismes psychiques et physiques dont le coup de soleil.
- Certaines situations hormonales comme la grossesse, en mieux ou en pire
- Les troubles métaboliques (diabète …)
- Les troubles psychiques eux-mêmes ou les médicaments qui en découlent
- La mauvaise nutrition qui engendre le ” leaky gut syndrome ” ou les intestins en passoire
- L’alcool, le tabac et certains médicaments dont le psoriasis est un effet secondaire
A propos des intestins en passoire, un article m’avait déjà interpellée il y a quelques années :
Intestinal permeability in patients with psoriasis
Humbert P. Bidet A. Treffel P and al 1991 : 2: 234-6 J. Dermatol
Ensuite la lecture des travaux du Dr Seignalet n’ont fait que confirmer ce qui m’avait interpellée dans cet article (cfr mon blog : texte sur l’alimentation en dermatologie).
Pour en revenir à la Méthode de la Sensation Vitale, avant que je la pratique, je n’ai observé de disparition totale des lésions de psoriasis comme un miracle que pour un cas. Il s’agissait d’une jeune femme qui m’a donné spontanément un symptôme mental tellement particulier que j’ai trouvé directement le remède parce qu’il était la seule possibilité pour le symptôme mentionné et curieusement c’était un remède minéral.
Comme je l’évoquais, pour s’engager dans une consultation avec la Méthode de la Sensation Vitale, il faut un sursaut provoqué par le désespoir occasionné par les symptômes de la maladie, par les effets secondaires annoncés avec les traitements allopathiques proposés ou la confiance en l’homéopathie parce qu’en d’autres circonstances cette médecine a donné de bons résultats pour le patient ou ses proches. Les occasions de reculer sont nombreuses. Dans le groupe de patients sans suivi (76%), plusieurs d’entre eux ont eu l’occasion d’avoir une consultation de ce type, soit ils ne sont pas venus au long rendez-vous prévu par eux-mêmes, soit ils ont abandonné après le premier rendez-vous.
Qu’est-ce que cette Méthode de la Sensation Vitale ?
Par la description du symptôme au plus loin et au plus profondément que possible, le patient en vient à toucher son mode réactionnel, que ce soit dans ses choix de vie mais aussi sa façon de tomber malade. Les homéopathes ont toujours eu à cœur et ce bien avant le Dr Rajan Sankaran de faire décrire les symptômes au patient de façon très précise. Mais le génie de ce médecin, accompagné de toute son équipe à Mumbai est d’avoir codifé cette approche pour qu’elle soit compréhensible par tous les homéopathes. Cette méthode est stratégique, structurée et reproductible. Le remède devient alors une évidence. On pourrait penser qu’il s’agit d’une psychothérapie. En effet après la consultation, certains patients disent qu’ils savent que le remède a été trouvé parce que effectivement, ils sentent qu’ils ont touché le point essentiel de leur mode réactionnel et ils peuvent se sentir mieux, même voir disparaître leurs symptômes les jours suivants jusqu’à l’arrivée du remède qu’il faut parfois commander. La prise du remède va dynamiser cette sensation bénéfique et alors qu’il y avait une perte de vitesse dans la sensation de mieux être elle va se perpétuer et s’amplifier. Ceci a été très bien expliqué par un patient, psychologue et qui avait déjà fait beaucoup de choses pour un problème de peau incurable. Ce témoignage se trouve sur mon blog.
Dans le cas des patients psoriasiques, la sensation vitale est le manque puisque dans la majorité des cas, le remède est un minéral. Le problème essentiel des patients nécessitant un remède minéral, sera un manque de ….. Il faut d’abord avoir bien perçu que 1° c’est le point essentiel et 2°le manque de quoi. On ne pose pas la question au patient, on laisse venir et on extrait cette information parmi plein d’autres informations selon son intensité, sa fréquence par rapport aux autres informations. Pourquoi cette relation entre minéral et manque ? En se référent à ce que représente le minéral dans n’importe quelle construction : un squelette, un building, une personnalité, le minéral est la pierre de tout édifice. Là où le psoriasis trouve son origine, c’est au niveau d’une cellule immunitaire de la moelle osseuse, à l’intérieur de l’os, pierre des fondations du squelette, la cellule de Langerhans. Ces cellules colonisent la peau et avec leurs nombreuses ramifications en entrant en contact les unes avec les autres, elles constituent un filet d’information sur toute la peau. Sans entrer dans les détails, la perturbation pour une raison qu’on ignore au niveau de ces cellules va alors déclencher la suite des événements et la lésion de psoriasis.
Ce travail comme on le voit d’après mes résultats montre que seulement 7% se débarrassent des symptômes de cette maladie. C’est compréhensible puisqu’il faut trouver la pierre d’achoppement dans la construction mentale de l’individu et seul, le médecin ne peut rien, le patient doit s’investir et pour cela il faut un moteur, hélas, la maladie et son cortège de désagréments.